AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lala, Manipulatrice de Rêves.

Aller en bas 
AuteurMessage
Lala
Admin
avatar

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 02/10/2010

Feuille de personnage
Pouvoir: Manipulatrice de Rêves.
Statut: Elève
Relations:

MessageSujet: Lala, Manipulatrice de Rêves.   Dim 3 Oct - 17:05

    Ton Personnage



      Lala.
      15 ans le 24 décembre.
      Manipulatrice de Rêves.
      Explication : Même éveillée, Lala part dans son monde, ou si vous préférez, elle rêve. C'est un monde onirique qu'elle invente elle-même selon son envie du moment. Elle est maître de ce monde et elle est l'unique lien entre son monde et le notre. Alors, par ce lien, elle peut faire venir dans notre monde des particularités présentes dans son monde au moment où elle les imagine. Elle manipule ses rêves comme elle le souhaite. Parfois, il peut arriver qu'elle vous envoie son rêve dans votre tête, sans vraiment faire attention. Ca ne dure que quelques folles secondes pendant lesquelles vous n'aurez le temps que de voir une image qui correspond à son rêve. Plus tard, la Manipulatrice de Rêves pourra manipuler vos rêves et vous faire rêver de ce qu'elle a envie que vous rêviez, mais ça, ce n'est pas pour tout de suite.
      Elève.
      Lala (D.Gray-man).



    Caractère : [3 lignes minimum]
    • Me connaissant extrêmement bien, je sais que durant mon premier rp, je risque de changer tout le caractère que je lui aurais écris. Alors, je préfère vous prévenir, je ne lui mettrais pas de caractère entier, juste ce que je suis sûre de garder jusqu'au bout. Désolée, mais sinon je vais marquer n'importe quoi et je changerai tout plus tard, donc ça ne sert à rien. XD
      Tout d'abord, Lala est une fille très peu sérieuse, elle est impressionnée par le moindre petit changement dans son environnement. Le moindre oiseau qui s'envole, la moindre feuille d'arbre qui tombe sur l'herbe peut lui faire perdre sa concentration. Même si elle est en train de vous parler la seconde d'avant, elle est capable de vous oublier complètement pour se concentrer sur autre chose. Elle n'est pas capable d'être concentrée sur deux choses à la fois, cela l'épuise. En cours, le discours d'un professeur l'ennuie alors il lui arrive de rêver éveillée et, parfois, de ramener des détails de son rêve dans la salle de classe, ce qui est assez embêtant. Mais, si c'est involontaire, à partir du moment qu'elle sort de son rêve, ce qui est venu dans notre monde repart dans le sien.
      Lala est aussi très spéciale au niveau des émotions. Elle s'amuse d'un rien, ne serait-ce que le jeu de deux oiseaux. Elle adore les animaux et la nature et a tendance à les préférer à leur maître, ce qui ne lui apporte pas beaucoup d'amis. Quand elle a peur, il lui arrive d'appeler à elle un protecteur qui passe de son monde au notre en quelques secondes. Très souvent, ses protecteurs n'ont pas l'air très amicaux et sont plutôt dangereux. Il arrive rarement qu'ils soient réels, mais qui aurait l'envie d'aller vérifier si le monstre juste devant lui n'est qu'une illusion sachant que nous nous trouvons à Tsaoberaï ? Si elle est triste, elle a tendance à se mettre à chanter de sa délicieuse voix, ce qui lui attire l'attention des autres. Tout ce qu'elle recherche en chantant, c'est la chaleur de la chanson, la présence de Kyo à travers les paroles.
      Lala a un énorme problème qu'elle n'arrive pas à régler. Quand elle est très contente, ou heureuse, Lala a une grosse envie de dormir. Il se peut que vous vous retrouviez avec une fille endormie dans vos bras juste parce que vous lui avez dit qu'elle comptait autant qu'une amie pour vous, enfin bon, vous voyez le genre.
      Lala ne connait pas les mots : gêne et timidité. Elle va droit au but sans faire de détour. Si vous avez du mal avec les personnes qui vous entoure, il vaut mieux ne pas rencontrer Lala.
      Voilà, je ne dirais que ça, c'est déjà bien. XD


    Loisirs :
    • Rêver. Ah bon ? Ce n'est pas un loisir ? Chanter.


    Physique : [3 lignes minimum]
    • Le physique de Lala ? Ce n'est pas très compliqué. C'est une jeune fille comme vous pourrez le remarquer, elle n'est pas très grande, un peu en dessous de la moyenne de son age. Elle a de longs chevaux dorés qu'elle soigne avec la plus grande délicatesse. C'était son ami qui lui peignait ses boucles d'ors avant d'arriver à Tsaoberaï. Un bandage blanc cache soigneusement son œil gauche étant donné qu'elle ne voit pas de cet œil et qu'elle le trouve moche. Son œil droit est d'un bleu magnifique, comme un ciel sans nuage. Sa tête est plutôt fine et belle, sans impureté sur sa peau encore jeune. Elle met souvent de longue robe et, parfois, elle ne porte pas de chaussures pour protéger ses pieds. Que dire de plus ? Pour son age Lala est tout simplement une belle fille.


    Signe particulier :
    • Un bandage cachant son œil gauche. Elle a une très belle voix, douce et délicate, magnifique quand elle se met à chanter. De longs cheveux dorés tombant un peu en dessous de ses genoux. Capacité à ne rien comprendre, ce n'est pas un signe particulier ?


    Histoire : [8 lignes minimum]
    (Je préfère vous prévenir tout de suite, toute la première partie de l'histoire va être sans majuscule.)

    • seule … je suis … seule … il … il pleut … c'est … c'est froid … et doux … c'est … agréable … je … je suis fatiguée …. dormir …
      mes jambes arrêtèrent de bouger au beau milieu de la rue. je m'approchai du mur et m'assis contre lui. je repliai mes jambes contre moi et les entourai de mes bras. une chanson me vint alors à l'esprit, une douce berceuse pour endormir les enfants. avec une extrême délicatesse, je commençai à la chanter, prenant petit à petit de l'assurance. je m'étonnai de la douceur de ma voix et de sa beauté. la fin de la chanson arriva sans que je ne m'en rende compte et je commençai déjà à m'endormir.
      - non, s'il te plait, continue de chanter.
      je relevais la tête et vis un jeune garçon assit un peu plus loin dans la rue. ses yeux rouges brillaient de bonheur et d'admiration. je me recroquevillais un peu plus contre le mur et recommençai la chanson. le garçon se rapprocha lentement jusqu'à s'assoir à mes côtés, en silence. mon regard retomba sur lui alors que je continuais de chanter. j'arrêtai soudainement la berceuse en remarquant la beauté de ses cheveux noirs et la blancheur de sa peau. je levais à mes yeux mes mains et une mèche de mes cheveux. mon corps était sale et noir, crasseux. le garçon sourit en me voyant nous comparer.
      - viens à la maison, tu pourras te laver.
      - me la … ver ?
      il acquiesça vivement de la tête et se leva en me tendant la main. je ne savais pas quoi faire alors je restai immobile, les mains devant mon visage. le jeune garçon prit alors l'une de mes mains et me leva. mes yeux s'écarquillèrent et il sourit. mais, d'un seul coup, son visage devint tout rouge et il se retourna en me tendant son long manteau. je ne comprenais vraiment rien à ce qu'il se passait, je ne savais même pas qui j'étais ni d'où je venais. le jeune garçon se retourna vers moi, le visage entièrement rouge, presque autant que ses beaux yeux. il ferma ses paupières avant de poser son manteau sur mes épaules. une étrange chaleur commença à m'envahir, alors, pour ne pas qu'elle s'en aille, je resserrai le manteau autour de mon corps nu. je laissai le garçon m'emmener là où il voulait, je ne m'intéressai plus qu'à une chose : la chaleur du vêtement.
      - tu t'appelles comment ?
      je relevais la tête et observai le garçon. j'eus beau essayer de me concentrer, je n'arrivais pas à savoir mon nom. je secouai la tête et le jeune garçon s'arrêta. il leva les yeux vers la lune et sembla réfléchir quelques instants. quand il baissa la tête, un grand sourire étirait ses lèvres.
      - que dis-tu de Lala ?
      - La … la ?
      une nouvelle fois il acquiesça vivement de la tête et continua de m'emmener dans la rue, presque en courant. le mot continuait de résonner dans ma tête. Lala …
      - moi c'est Kyo, j'ai neuf ans.
      - Ky … o ?
      - oui, Kyo.
      - c'est … beau …
      - m-merci. et toi, tu as quel age ?
      une nouvelle fois je secouais la tête et Kyo parut intrigué. mais, il ne dit rien et ouvrit la porte d'une maison avant de m'inviter à entrer.

      - Kyo ? tu es là ?
      - oui maman ! dans la salle de bain.
      je levais les yeux vers le miroir pour regarder Kyo. il me sourit et continua de brosser mes longs cheveux. j'étais déjà beaucoup mieux comme cela. mon visage fin et joyeux était si propre maintenant, de belles lèvres, un nez fin et un œil magnifiquement bleu. le jeune garçon m'avait offert un long t-shirt et un caleçon « en attendant le retour de sa mère ». il avait aussi bandé très soigneusement une partie de mon crâne pour cacher mon œil que j'avais découvert inutile et moche. maintenant, il brossait très délicatement mes cheveux si blond qui tombaient, en ondulant, au niveau de mes genoux. j'avais été impressionnée par leur beauté et leur longueur. on avait beaucoup parlé avec Kyo, il m'avait posée de nombreuses questions sans que je n'arrive à lui répondre. en tout cas, il ne m'avait pas appelée Lala depuis la dernière fois. peut-être me laissait-il le temps de choisir ou de me rappeler mon vrai nom. mais je n'avais plus aucun souvenir avant cette soudaine envie de dormir et cette chanson. j'allais parler à Kyo quand une grande femme ouvrit la porte de la salle de bain. je restais bouche bée devant sa beauté et son importante poitrine. au début, je croyais que la poitrine évoluait à cause de la grosseur du cœur des gens. mais bizarrement, les hommes étaient toujours plats.
      - Kyo ?
      - c'est une amie maman, elle était seule dans la rue et elle avait besoin de soin …
      - comment t'appelles-tu ma belle ?
      j'ouvris la bouche et la refermais directement. mon nom ? c'était une drôle de question. je ne savais pas vraiment quoi y répondre. je regardais Kyo et le vis hausser les épaules et secouer la tête. je fronçais les sourcils et me redressai légèrement pour être à peu près droite. comme si c'était un signal, Kyo recommença à me brosser et sa mère recula d'un pas.
      - je m'appelle Lala !
      - Lala ? c'est un joli nom.
      - merci ! c'est Kyo qui me l'a donné !
      la femme cessa de bouger et fronça les sourcils. Kyo était redevenu tout rouge et il acquiesça timidement de la tête. sa mère sourit et s'en alla, mais, en fin de compte, elle revint juste après en me fixant.
      - quel age as-tu ?
      - je ne sais pas.
      - où sont tes parents ?
      - je ne sais pas.
      - as-tu quelque part où dormir pour la nuit ?
      - non.
      - alors, si ça ne te dérange pas et si tu veux bien, tu peux dormir ici. demain, nous irons à la recherche de ta maison, d'accord ?
      - d'accord !
      le lendemain, nous n'avons rien trouvé sur ma famille alors la mère de Kyo m'adopta. grâce à un monsieur, nous avons pu estimer que j'avais environ huit ans ce jour-là. c'est d'ailleurs devenu le jour de mon anniversaire, le 24 décembre. je m'appelle Lala, et ça, c'est mon histoire.

      - Lala. N'as-tu jamais appris qu'une phrase commençait toujours par une majuscule ?
      - D-désolée, monsieur le professeur.
      Avez-vous déjà imaginé perdre tout vos points pour une histoire de majuscules ? C'est très ennuyeux. Je pris la feuille qu'il me tendait et soupirai. Pour une fois qu'un sujet m'inspirait ! « Raconter un souvenir. » Tout le début de ma vie sur papier et j'avais zéro. Déçue, je plongeais une nouvelle fois dans mon monde.
      - Lala. Il faudra que nous parlions à la fin du cours.
      Je sursautais et fronçai les sourcils. De toute façon, j'avais une heure devant moi, Kyo ne sortait pas tout de suite. Je soupirai et admirai la cour sans vie derrière la fenêtre. La sonnerie retentit enfin et il ne me fallut qu'un seul regard avec le professeur pour me rappeler sa demande. Je grognais en me levant et attendis devant le bureau. Le professeur ferma la porte avant de m'inviter à m'assoir.
      - Ce dont je vais te parler est une chose délicate. Concentre toi et écoute bien, s'il te plait.
      Un léger sourire étira mes lèvres. Me concentrer … Combien de professeur me l'ont déjà demandée ? La concentration ce n'est pas mon fort. Je m'assis en face de lui et attendis sagement.
      - Lala, ce que je vais te dire concerne ton avenir, ton futur.
      Sans même que je n'ai besoin de me forcer, la concentration m'envahit. On allait parler de mon avenir, comme souvent avec les autres professeurs, mais celui-là m'avait toujours comprise, alors je voulais l'écouter.
      - Je vais devoir te montrer une chose qui peut te faire peur Lala, mais ne crie pas, s'il te plait.
      - Quel genre de chose, monsieur le professeur ?
      - Une du genre impossible et magique.
      J'inclinai légèrement la tête sur le côté et souris. J'aime beaucoup la magie. Le professeur ferma les yeux et se concentra. Tout doucement, les objets sur le bureau se mirent à bouger d'eux-même. Je restais bouche bée, les yeux écarquillés d'admiration devant cette preuve de magie. Le professeur rouvrit les yeux et tout se reposa à sa place initiale. L'homme me sourit alors je fis de même, j'étais fascinée.
      - Lala, ce que tu viens de voir, c'est mon don. Je l'ai découvert il y a quelques années. Tu es encore jeune Lala mais je pense qu'il faut que tu prenne conscience de l'existence de ton don au plus vite pour pouvoir aller là-bas.
      - Aller où ?
      - A l'Académie Tsaoberaï, l'académie qui t'apprendra à te contrôler.
      - Je peux y aller avec Kyo ?
      - Non.
      - Mais … Non ! Je ne veux pas y aller ! Pas sans lui …
      - On en parle d'abord, tu feras ton choix après, s'il te plait.
      J'acquiesçai de la tête et écoutai ce qu'il avait à me dire.
      - Lala, tu as un don, je l'ai vu tout à l'heure. Je ne sais pas encore ce que c'est, alors je vais te demander de faire exactement comme tout à l'heure.
      Je me concentrai et essayai de me rappeler ma réaction après ma note désastreuse. Un sourire étira mes lèvres. C'est vrai, j'étais repartie dans mon monde après mon résultat horrible. Alors; je fis comme il me l'avait demandé, je re imaginais la même scène. La tableau fut alors recouvert de fleur de couleurs différentes. J'arrêtai tout, ne comprenant rien.

      - Lala ! Tu étais où ?
      - Désolée Kyo, j'étais avec un professeur.
      Je relevais la tête pour le regarder et me jetai dans ses bras, le serrant fort contre moi. Je ne voulais pas me séparer de lui. Kyo, choqué, laisse tomber son sac et devint entièrement rouge. Les passants nous regardaient, aussi intrigués que le jeune homme.
      - Kyo, je ne veux pas que nous soyons séparés !
      - Ne t'inquiète pas Lala, nous serons toujours ensemble.
      Ce simple murmure me rendit heureuse d'un seul coup. Kyo sourit et referma ses bras sur mon dos. Les passants sourirent et reprirent leur route, mais je m'en fichais d'eux, il n'y avait que Kyo et moi.
      - Kyo, il faut que je te parle de quelque chose.
      - Qu'y a t-il Lala ?
      - Pas ici Kyo. Je ne peux pas ici.
      Le jeune homme fronça les sourcils. Il ne me posa pas de questions et reprit son sac. Le meilleur endroit pour discuter selon moi c'était sa chambre. Je pris donc sa main et l'entrainai avec moi, presque en courant. Une fois dans sa chambre, je le forçai à s'assoir sur le lit tandis que moi, je m'agenouillais sur le sol, en face de lui. Je baissai la tête et serrai les poings.
      - Lala ?
      - Kyo … je … je dois partir ! Parce que je suis différente ! Tu n'as pas le droit de venir avec moi Kyo ! Je … je ne veux pas partir …
      - Lala … si c'est pour ton bien, tu dois le faire, tu dois partir …
      Je sursautai en sentant ses bras se refermer dans mon dos. Il me serra fort contre lui, me demandant d'arrêter de pleurer.
      - Lala. Tu te rappelles le jour de notre rencontre, cette chanson que tu chantais pour t'endormir.
      - Tu veux que je la chante ?
      - S'il te plait.
      Commencer avec délicatesse, terminer doucement, chanter avec tendresse, pleurer silencieusement, et, se laissai aller dans les bras de celui que l'on aime sans jamais vouloir l'avouer.

      - Alors, vous venez chercher Lala ?
      La mère de Kyo jeta un coup d'œil par dessus son épaule et sourit.
      - Vous savez, vous pouvez parler, je ne vais pas vous manger.
      Le vieil homme acquiesça très légèrement de la tête. La femme sourit de plus belle. Elle ne comprenait pas très bien cet homme mystérieux. Elle s'essuya les mains dans son tablier et se retourna. Elle invita l'homme à s'assoir en face d'elle d'un signe de la main.
      - Vous ne parlez jamais ?
      - En général, les gens n'aiment pas me voir emmener un de leurs proches.
      - Je ne suis pas vraiment d'accord non plus, mais si c'est pour son bien. J'espère que vous en prendrez soin, elle risque de ne pas trop apprécier ce départ.
      - C'est toujours dur pour une fille de son age d'être séparée de sa mère.
      - Vous savez, je ne suis pas sa vraie mère, et, pour ne pas vous mentir, je ne m'inquiète pas pour notre séparation. J'ai bien peur qu'une certaine personne est prise trop d'importance à ses yeux.
      Le vieil homme fronça les sourcils. A ce moment là, quelqu'un descendit l'escalier de la maison en courant. Un jeune homme d'une quinzaine d'années fit son apparition dans la salle. Ses cheveux étaient noirs, mi-longs et peignés dans tous les sens. Il avait deux yeux rouges rouges qui accusaient silencieusement le vieil homme.
      - Kyo, je te présente monsieur Bowmore, c'est le directeur de la nouvelle école à Lala.
      - Déjà ?
      Sa voix portait tant de haine et d'accusation que le vieil homme sursauta. Il fronça les sourcils et étudia le garçon. Alors le problème avait réellement une source délicate à manipuler. Mais, ils n'avaient pas vraiment le choix : l'enfant devait venir à l'Académie. Le directeur fut surpris une fois de plus quand une jeune fille entra dans la salle, sans bruit.
      - Lala, tu es déjà rentrée ? C'était bien l'école ?
      La jeune fille semblait choquée. Elle regardait le vieil homme sans le quitter des yeux. Puis son regard dériva jusqu'à Kyo et des larmes coulèrent sur sa joue blanche. La petite fille se jeta dans les bras du garçon et pleura avec lui. Contre toute attente, elle se reprit vite et se mit à chanter. Le vieil homme fronça les sourcils. Trop de choses étranges en une journée, il fallait qu'il rentre au plus vite.
      - Lala, nous devons partir.
      La jeune fille s'avança vers le vieil homme, la tête baisée. Elle prit sa main et se retourna vers Kyo.
      - Tu viendras me rejoindre, hein Kyo ? Hein ?! Kyo !!
      - Lala !
      Les deux jeunes gens tendirent leur mains l'un vers l'autre. Leurs doigts s'effleurèrent en une dernière caresse en guise de promesse. Lala disparut. Quand elle rouvrit les yeux, elle était au milieu du hall de l'Académie. Plus seule qu'elle ne l'a jamais été.



    Toi Derrière l'Ecran


      PUF : Etalon77
      Codes : Ok by Lala
      Quelque chose à dire ? : Je vous aime I love you

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Lala, Manipulatrice de Rêves.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Lala
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Les Prêtresses de Cimmeria :: 2/4 ::
» Galen. {Bohème & Illusionniste}
» Casting de Santana Lopez

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsaoberaï :: Présentations :: Présentations validées :: Elèves :: Filles-
Sauter vers: